Société

CNSS : les 68 millions d’euros de la discorde

Le Conseil d’administration de la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC) tenu le 18 avril 2019, à Malabo en Guinée équatoriale avait autorisé le déblocage de 230 millions d’euros (151 milliards de FCFA) pour huit projets dans les six Etats membres de la zone CEMAC. Dans cette enveloppe, le Gabon s’en est sorti avec 68 millions d’euros (45 milliards de FCFA), au bénéfice de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), pour la construction de 1000 logements. Mais c’était sans compter sur la voracité de certains membres du cabinet présidentiel.

C’est cette manne qui va susciter l’appétence de certains proches collaborateurs du chef de l’Etat gabonais qui vont mettre Nicole Assélé, actuelle Directrice Générale de la CNSS et cousine d’Ali Bongo, sur la sellette.

Le mouvement de grève des retraités est une aubaine pour les détracteurs tapis dans l’ombre. Plusieurs retraités sont approchés et reçoivent pour mission de durcir le ton et fragiliser ainsi la première responsable de la CNSS.

Une vaste campagne de déstabilisation est lancée à travers les réseaux sociaux et les médias proches du cabinet présidentiel. Nicole Assélé échappe de justesse à un premier Conseil des ministres qui devait sceller son sort.

Très proche de son cousin Ali Bongo, elle bénéficie de la totale confiance de ce dernier, encore quelque peu diminué par son accident vasculaire cérébrale (AVC) d’octobre 2018.

Le départ de l’actuelle Directrice Générale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, très active avec le mouvement féministe L’appel des Mille et Une dont elle est la présidente fondatrice, pourrait sonner l’enterrement de la décennie de la femme dont elle reste, à ce jour, l’un des derniers remparts.

Lors de son passage les 22 et 23 mars 2015 dans la région de l’Ogooué-Ivindo, le chef de l’Etat gabonais avait annoncé que 2015-2025, est déclaré décennie de la femme gabonaise. Pourtant le dernier gouvernement Julien Nkoghé Békalé, un Fang de l’Estuaire et ancien protégé de Paul Biyoghé Mba, ne compte que six femmes sur 29 ministres.

Le mercredi 10 juillet, Nicole Assélé a pris ses détracteurs de court en annonçant la mise en place d’un « programme d’accompagnement social visant à adoucir l’impact (…) » de la Loi. Lequel programme devrait stopper le mouvement de grève observé par les retraités depuis plusieurs semaines au siège sociale de la CNSS à Libreville et à sa délégation de l’Ogooué-Maritime, province de l’opposant Jean Ping.  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*