Politique

Futur gouvernement : Une guerre en perspective entre Marie Madeleine Mborantsouo et les Tékés

La maladie d’Ali Bongo aurait finalement fait de Marie Madeleine Mborantsouo, présidente de la Cour constitutionnelle la vraie régente du Gabon. Depuis le 24 octobre 2018, son pouvoir et ses attributs sont renforcés. A Libreville comme à Rabat, elle organise et structure tout, multiplie des initiatives comme si Ali Bongo est désormais dans l’incapacité de gouverner.

C’est elle qui a unilatéralement composé la première bouture de l’équipe gouvernementale qui sera officialisée dans les tous prochains jours. Cependant, la tentative de putsch du lundi 07 janvier 2019 l’a contraint à associer Ali Bongo dans la finalisation de cette future équipe. Surtout pour ce qui concerne les ministères sécuritaires.

Seulement, pour les extrémistes Tékés qui avaient déjà eu vent de cette première bouture de la présidente de la Cour constitutionnelle, plus questions pour l’ethnie du chef de l’Etat de se laisser marginaliser. Selon nos informations, après avoir très mal vécu leur mise à l’écart du triumvirat mis en place sitôt après l’AVC d’Ali Bongo, les ressortissants Tékés entendent reprendre la main dans le gouvernement, au cabinet du chef de l’Etat et dans la haute administration.

Une patate chaude pour Marie Madeleine Mborantsouo qui pourrait avoir à faire face à des vives tensions avec l’une des ethnies les plus puissantes du Gabon. Les Tékés ne supportent plus que les Obambas, se taillent la part du lion et attendent que l’injustice soit réparée le plus tôt possible. Les postes hautement sensibles et stratégiques de directeur de cabinet du président de la République et présidente de la Cour constitutionnelle sont entre les mains de ces derniers.

Ali Bongo pourrait être emmené à arbitrer un autre conflit entre son ethnie et la présidente de la Cour constitutionnelle, à l’instar de la guerre qui oppose déjà le clan de son épouse Sylvia Bongo et Brice Laccruche Alihanga au clan des militaires conduits par Frédérick Bongo.

One Comment

  1. ABBAS NZIENGUI MABIKA

    Le Gabon dispose des Hommes capables de conduire à bien sa destinée . Aujourd’hui, si nous voulons aller plus loin il faut sortir de l’appareil politique et associer la société civile . Car l’histoire des gilets jaunes en France doit nous inspirer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*