Politique

Haut-Ogooué : Ali Bongo lâché par les siens

Ils bénéficient des privilèges du Pouvoir mieux que toute autre province de ce petit émirat d’Afrique centrale et contrôlent la quasi-totalité des pans stratégiques de l’administration gabonaise. Pourtant depuis quelques mois, les ressortissants du Haut-Ogooué, province dont est originaire le Chef de l’Etat Gabonais, brillent par une totale indifférence face aux multiples attaques sur la vie privée d’Ali Bongo et la Première Dame, Sylvia Bongo Ondimba.

Communément appelés « enfants gâtés de la République », les Altogovéens (ressortissants du Haut-Ogooué) se taillent la part du lion au sein de la haute administration gabonaise depuis plus de cinquante décennies. Des départements ministériels les plus juteux aux Directions Générales des régies financières en passant les forces de défense et de sécurité, les fils et filles du Haut-Ogooué roulent sur l’or. Comme son père, Ali Bongo s’est assuré depuis 2009, date de son arrivée au pouvoir, de garantir à chaque famille de sa province au moins un haut cadre. Seulement, malgré tous ces avantages, les ressortissants de cette province semblent ne plus vouloir mouiller le maillot pour leur bienfaiteur.

Du temps de feu Président Omar Bongo au début du deuxième mandat d’Ali Bongo, les attaques peu orthodoxes contre les Chefs d’Etat Gabonais suscitaient systématiquement des motions de soutien, marches et déclarations de toutes sortes. A chacun de ces événements, les Altogovéens avaient pris l’habitude de donner le ton et le rythme au reste du pays. Les manifestations à l’échelle nationale et internationale étaient d’ailleurs financées par ces derniers. Curieusement, depuis l’accident vasculaire cérébrale du Chef de l’Etat Gabonais à Ryad en Arabie saoudite, ses premiers soutiens d’hier demeurent silencieux alors que sa vie privée et celle de son épouse sont régulièrement et honteusement mises sur la place publique.

Silence radio dans la deuxième province du Gabon. Aucun haut cadre, homme politique, ni Altogovéen ordinaire ne s’est levé pour apporter son soutien à la famille Présidentielle. A l’exception de l’ancien ministre de la Défense Nationale et neveu d’Ali Bongo, Ernest Mpouho Epigat, qui a récemment « tapé le poing sur la table » à travers une lettre ouverte adressée à ses « frères et sœurs du Haut-Ogooué » qu’il a invité à se « mobiliser » et à « réagir » afin de mettre « définitivement un terme à la cabale nauséabonde » orchestrée contre Ali Bongo et son Epouse.

Alors que certains observateurs s’attendaient à une réaction prompte des populations du Haut-Ogooué, contre toute attente, elles sont restées, une fois de plus, totalement indifférentes. Aucune action de soutien au couple Présidentielle. Quant à l’ancien député de Bongoville qui continue de faire face à de virulentes attaques sur les réseaux sociaux suite à son appel, aucun soutien des siens. Fait curieux !

Ali Bongo est manifestement seul et abandonné par sa province. Il sait qu’il ne pourra plus compter sur le soutien indéfectible des siens. Selon certaines indiscrétions, il songerait même à de profonds bouleversements au sein du Gouvernement et de la haute administration, les forces de défense et de sécurité ne seront pas en reste. En ligne de mire, les ressortissants de sa province natale à qui, il voudrait faire payer le prix de leur ingratitude. Il pourrait se servir du « Kevazingo gate » pour justifier le remaniement ministériel en gestation.

2 Commentaires

  1. Il est certainement temps que les choses changent dans le fond et dans la forme. Le Président a tous les fils du Gabon avec lui. Il ne doit donc pas se sentir seul. Le plus important est le fait qu’il ait lui même comprit que, c’est autour de lui que le souhait de sa mort avait été le plus patent. Ils ont fait et continu de faire le désordre constaté en ce moment pensant Ali Mort. Hélas pour eux!

  2. Mr Laurent, le Président Ali connaît d’où viennent ses déboires de gestion de pouvoir.Il s’est entouré des prévaricateurs tel que le Béninois Accrombéssi…. Donc il n’ya pas à chercher loin.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*