Société

Les agents du bureau du CGC de Paris abandonnés par Justin Ndoudangoye et Régis Laccruche

Le Conseil des ministres du 26 février 2019 avait décidé de la suppression du Conseil Gabonais des Chargeurs (CGC) et du transfert de son patrimoine, ses missions et ses attributions à l’Office des Ports et Rades du Gabon (OPRAG). Depuis lors, rien ne va plus au bureau du CGC de Paris.

Quelques mois seulement après l’absorption du CGC par l’OPRAG, les agents du bureau de Paris semblent avoir été oubliés par Justin Ndoudangoye, Ministre des Transports et Régis Laccruche, actuel Directeur Général de l’OPRAG.

Alors que l’ancien représentant du bureau de Paris avait rapidement été redéployé en qualité de Directeur Général de l’Agence Gabonaise de Normalisation (AGANOR), ses anciens collaborateurs restent, eux, abandonnés à leur triste sort.

Depuis deux mois, ces derniers sont restés sans salaires et ce, sans aucune autre forme d’explications de la tutelle. Pourtant le rythme d’émission des Bordereaux Internationaux Electroniques de Traçabilité des Cargaisons (BIETC), principale source de revenu du Conseil Gabonais des Chargeurs, reste constant.

Il apparaît bien plus évident que la nouvelle configuration de l’OPRAG est largement au dessus des compétences de Régis Landry Laccruche, tant il peine à expédier bon nombre de dossiers. La disparition, entre autre, de 353 conteneurs mis sous-scellé dans le domaine portuaire en est une parfaite illustration.

Plus inquiétant encore est l’immobilisme et le mutisme du ministre des Transports Justin Ndoudangoye, pourtant régulièrement informé de la situation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*