Société

Quand Léandre Nzue nomme Armand Dagraça Tchitembo, un faussaire de diplômes à la tête de l’Inspection générale municipal

Ancien Directeur Général adjoint d’ADDAX Petroleum Gabon, Armand Dagraça Tchitembo est un repris de justice qui a purgé une peine de prison à la suite d’une plainte déposée par son ancien employeur pour détournements de fonds. Pourtant ces malversations financières ne constituent pas le seul grief imputé à l’ancien DGA.

En 2016, l’affaire avait fait grand bruit dans les salons feutrés de la capitale Gabonaise. Poursuivi par son ancien employeur qui lui reprochait d’avoir détourné près d’un milliard de FCFA au sein de l’entreprise, l’ancien Directeur Général adjoint de la société pétrolière ADDAX avait été condamné et admis à la prison centrale de Libreville. Mais pour un ancien employé de cette société pétrolière, Armand Dagraça trainait déjà d’autre casseroles.

Selon notre source, les ennuis entre l’ancien DGA et son employeur commencent lorsque certains collaborateurs se rendent compte des insuffisances professionnelles d’Armand Dagraça. Ce qui va déclencher des investigations sur son parcours académique. Très vite, le Directeur Général de l’époque va se rendre compte que plusieurs irrégularités entourent le dossier de son adjoint.

Les enquêtes sont sans appel, Armand Dagraça s’était fait établir de faux diplômes universitaire dont il a fait usage au sein de l’entreprise. En réalité, toujours selon la même source, les seuls diplômes dont est détenteur l’ancien numéro 2 de la société pétrolière est un Certificat d’Etudes Primaires (CEP) et un Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC). Il n’a jamais obtenu son Baccalauréat ou entrepris des études supérieures. Tous ses prétendus diplômes universitaires sont faux.

A l’époque, ADDAX Petroleum Gabon avait fait le choix de ne pas communiquer sur cet aspect du litige pour préserver l’image de la société, mais avait tout de même décidé de se séparer de son Directeur Général adjoint. Un accord de départ négocié avait été trouvé entre les deux partis. Sauf que les conditions dudit départ semblaient ne pas convenir à Armand Dagraça Tchitembo. Ce qui a favorisé le bras de fer judiciaire qui s’en ai suivi sur près de dix ans, entre les deux protagonistes.

Nommé Directeur de l’exploitation de la Compagnie Nationale de Navigation Intérieure et Internationale en 2013, puis récemment Inspecteur général municipal de Libreville, nulle doute qu’Armand Dagraça Tchitembo continue de faire usage de ses faux diplômes sous la barbe de ses nouveaux employeurs et des autorités judiciaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*